23/08/2016

La Goldküste genevoise

Chic, à Genève, nous avons l’équivalent de la fameuse rive dorée zurichoise dans laquelle vivent les élites fortunées, dont Christophe Blocher, au sein d’un lieu préservé ! C’est bien sûr notre rive gauche avec des communes riches et peu peuplées, avec un habitat composé très majoritairement de villas individuelles.

Et parmi ces communes genevoise de la rive gauche, Vandoeuvres se distingue actuellement, elle qui va voter le 25 septembre sur un référendum communal contre la construction de 36 logements de 3 à 6 pièces (voir la TdG de ce jour). En effet, 346 citoyens de cette belle commune, dont Ronald Zacharias, promoteur et député MCG au Grand-Conseil, refusent cette construction, dans le contexte pourtant très tendu du logement dans notre canton.

Voilà qui est pour le moins surprenant pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, le risque financier avancé par les opposants prête à sourire lorsqu’on considère les caisses bien remplies de la commune et le chiffre de ses centimes additionnels : 31. Cette imposition, comparable à celle de ses voisines, est particulièrement base : la moyenne des 44 communes, sans la Ville de Genève, se monte à 43 ; par exemple, Bernex, appelée à se développer lourdement, se situe à 48, Vernier à 50, Chancy à 51. Les habitants de la rive gauche non seulement paient nettement moins d’impôts communaux proportionnellement que ceux des communes de la rive droite, mais encore connaissent bien moins de frais d’infrastructures (écoles, routes, services, etc…), grâce à leur manière de contenir leur population; Vandoeuvres par exemple, est passée de 2700 à 2500 habitants et a fermé trois classes de son école primaire.

Ensuite, personne dans notre canton ne s’aventurera à prétendre qu’il n’y a pas de pénurie de logements ; globalement, Genève crée 2 places de travail pour un logement et le taux de vacance est à 0,47%. L’effort réel entrepris actuellement par Antonio Hodgers doit à l’évidence être soutenu, tous bords politiques confondus. Comment comprendre ce refus d’accueillir une centaine de personnes, si ce n’est comme une volonté aussi délibérée qu’égoïste de préserver la moindre once de ses privilèges ?

Enfin, fief des partis de droite, notre Goldküste devrait mettre les bouchées doubles pour se développer, dans l’optique de l’hypothétique traversée du lac que le PLR et les autres réclament à grands cris et dont le financement de la Confédération dépend de la densification de la région. Or, comme certains maires de la rive gauche qui ont affiché leur scepticisme face à ce projet, les référendaires de Vandoeuvres donnent clairement le signal inverse : surtout restons peu nombreux, entre nous, dans le calme verdoyant et le luxe paisible…

Genève doit impérativement trouver des réponses crédibles à son développement ; la Suisse doit faire de même dans ses relations avec l’Europe. N’est-il pas piquant de constater qu’un promoteur immobilier, membre d’un parti qui se veut défendre le bien-être des citoyens genevois, œuvre à son contraire, de même qu’un capitaine d’industrie zürichois qui a fait fortune avec le commerce international, allant même jusqu’à contourner l’embargo sur l’Irak, lutte farouchement pour isoler notre pays de ses partenaires économiques ? Décidément, la politique procède d’une autre logique que celle du commun des mortels…

 

11:28 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/07/2016

Redoublement refusé, émoi dans les chaumières!

La Tribune du lundi 25 consacre la première page de son deuxième cahier à un redoublement de la 11ème année, refusé pour une élève du CO, s’apitoyant sur cette situation, si dommageable pour l’élève qui n’a jamais doublé jusqu’à présent.

Du point de vue médiatique, il est compréhensible de faire vibrer la corde sensible pour combler les vides de l’information estivale. En revanche, d’un point de vue pédagogique, il est regrettable, en premier lieu pour la jeune fille, que son cas se trouve étalé dans la presse et la conforte dans son impression, fausse, d’être victime d’une injustice.

En effet, ses enseignants ont pu l’évaluer une année durant, ont tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises et se sont rendu compte de son absence de réaction face aux difficultés scolaires qu’elle rencontrait. Il ne peut en être autrement lorsque l’élève obtient dans la section médiane du CO une moyenne générale de 3,9, ce qui est vraiment faible et ne laisse rien augurer de bon pour l’année suivante. Dès lors fallait-il suivre l’avis des parents, la faire redoubler pour une hypothétique entrée l’année suivante à l’école de commerce, où le taux d’échec en première année dépasse le 70% ? Fallait-il donc lui offrir ce confort de ne pas la mettre face à ses responsabilités ?

A l’évidence, l’orientation en classe préparatoire était pour elle bien préférable : tel le maçon, elle se serait retrouvée au pied du mur, soit elle travaillait scolairement suffisamment pour passer en première année, soit elle se rendait compte que l’école n’est pas sa tasse de thé et se mobilisait pour choisir un apprentissage qui lui convienne, aidée par les enseignants de sa classe préparatoire, formés à cet effet.

Seulement voilà, enfant-reine, avec des parents qui la protègent à outrance, elle préfère éviter l’obstacle, crier à l’injustice, ne pas suivre les avis autorisés des professionnels de l’enseignement et aller en école privée avec le coût que celle-ci engendre. Les parents alertent la presse et son cas personnel, photo à l’appui, est porté à la connaissance de dizaines de milliers de personnes.

Que va-t-elle retirer de cette démarche ? Comment peut-elle prendre les responsabilités qui lui incombent à l’avenir, si, à chaque obstacle, elle a recours à papa et maman et se sent victime d’une injustice ? Comment construira-t-elle sa vie et gérera-t-elle ses relations, en particulier avec ceux qui ont lu ses déboires et qui la connaissent ? Je suis triste pour elle, dont les parents ont cru de bonne foi agir pour son bien alors qu’ils ont produit l’effet inverse.

Une anecdote personnelle pour conclure : j’avais sanctionné de deux jours de renvoi deux élèves en première année du CO qui en harcelaient un troisième ; les parents de l’un des deux ont fait recours, estimant la sanction trop sévère et je les ai reçus ; je me suis retrouvé face à un mur d’incompréhension et un bouclier de protection impressionnants. J’ai évidemment maintenu ma position et nous nous somme quittés avec la promesse de la mère de, quitte à se ruiner, tout faire pour m’abattre ! Deux ans plus tard, une prof de classe vient me voir et me confie n’avoir jamais eu un entretien aussi choquant avec un élève et sa maman : à chaque fois que celle-ci disait quelque chose, le garçon l’insultait, persiflait, se moquait. C’était l’élève qui deux ans auparavant avait écopé de deux jours de renvoi…

12:31 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (53) | |  Facebook | | | |

25/06/2016

Du "prochain" au "proche"

Face à la peur de la mort qui frappe tout être humain, les religions ont tenté de rassurer avec des concepts tels que le paradis, la réincarnation, la résurrection etc… A l’appui, elles ont mis en avant des valeurs spirituelles et morales qui imprègnent la culture qu’elles nous ont apportée.

Pour l’Occident chrétien – je ne connais pas assez les autres religions pour établir des parallèles-, la notion de « prochain »[1] en est une, particulièrement importante. Elle commande, en effet, non seulement la charité sociale, mais aussi, et surtout, représente une barrière morale contre la violence en général et la guerre en particulier. Si chacun aime chacun, la paix et la concorde règneront sur terre, idéal qu’on ne peut qu’approuver.

Evidemment, à l’heure de la mondialisation, de la globalisation, du brassage des populations,  le « prochain » que nous allons rencontrer peut-être de n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur, comme le chante Lavilliers.

Or, le Brexit, les réactions des partis et mouvements eurosceptiques  confirment un glissement sémantique du « prochain » au « proche » ; que celui-ci soit l’insulaire face au continental, le national face à l’étranger, le Suisse face à l’Européen pour l’UDC, le Genevois face au frontalier pour le MCG,  la préférence est proclamée, la priorité établie, le repli sur les siens revendiqué. L’on se bat pour ses proches contre ceux qui sont plus éloignés.

La valeur universelle initiale visait la paix et la concorde entre les hommes et entre les peuples. La nouvelle valeur du « proche », avec sa fonction de déculpabilisation morale, ne peut entraîner que l’inverse.

Que l’on soit athée ou croyant, il devient urgent de retrouver l’histoire et la culture de l’Europe qui a su, en dépit d’énormes écueils (comme le nazisme par exemple), évoluer vers une terre d’accueil et d’ouverture. En ce sens, l’enseignement de l’histoire, comme celui du fait religieux, prennent une importance primordiale, ici et ailleurs.

 

[1] « Aime ton prochain comme toi-même ! » est encore présent dans bien des esprits européens.

14:34 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |