03/04/2018

"Mou is beautiful"!

746273309.jpg

Ce slogan, glané sur les réseaux et attribué au PDC, me plaît bien et je le fais mien (je rassure son auteur, je paierai le copyright chaque fois que je l’utiliserai).

Tout d’abord, on a tendance à oublier quelque peu qu’il s’agit d’élections au niveau cantonal. Bien que les futurs élus soient parfois indirectement concernés par les grands débats nationaux, il n’en demeure pas moins que leur job essentiel est de s’attaquer aux problèmes concrets que rencontre Genève. Dans cette optique, bander ses gros muscles et jouer les durs est souvent davantage destructeur, faire de l’opposition pour l’opposition, que constructeur, tenter de rassembler autour d’une solution pragmatique. A mes yeux, il vaut toujours mieux une petite amélioration dans le sens du bien commun qu’un affrontement stérile au bras de fer.

Ensuite, il m’apparaît qu’il faut plus de courage pour adopter une position de compromis que de clamer « La garde meurt, mais ne se rend pas ! ». En effet, l’image d’un médiateur sera toujours moins attractive, moins sexy que celle d’un Sylvester Stallone. Et pourtant, la plus grande partie du travail de parlementaire cantonal se déroule dans les commissions et commande la recherche d’un consensus majoritaire. J’ose dire être fier d’avoir été parmi les mous de service la plupart du temps lorsque je siégeais !

Enfin, l’affrontement politique guerrier, le fameux rapport de forces, laisse à l’évidence un vainqueur et un vaincu, l’un triomphe en ayant tout juste, l’autre, défait, a tout faux. Or, il se trouve que, des deux côtés, il y a de bonnes idées, mais la logique de la guerre commande de ne pas tenir compte de celles du camp d’en face. J’ai souvent regretté que, de ce fait, d’indéniables progrès passent à l’as !

Et bien oui, j’ai rejoint le PDC parce que ce parti m’est apparu comme le moins testostéroné du parlement, parce que les propositions de compromis ou d’amendement nuancé provenaient en grande partie de lui, parce qu’il correspond à ma vision, molle ou souple plutôt, de concevoir la politique au niveau cantonal, du quotidien de nos concitoyens.

Votez la liste 5, la liste PDC, car « mou is beautiful ! »*

 

 

*Merci de me faire parvenir l’iban pour le paiement du copyright

16:59 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Entierement d`accord avec vous. Tous les politiciens savent l`importance du charisme pour se faire élire mais comme peu en ont, du charisme, certains essaient de compenser avec une grande gueule bien bruyante. Des lors ne pas s`étonner que c`est dans les partis populistes que l`on trouve le moins de vrais charismes et le plus de grandes gueules puisque les messages a l`emporte-piece de ces partis se pretent a merveille aux démonstrations de grande gueule.

Écrit par : Jean Jarogh | 03/04/2018

Les regrettés Dac et Coluche ne se prenaient pas au sérieux et ne dépensaient pas l`argent du contribuable pour faire leur numéro. A la fin d`ailleurs, ils se retiraient sans essayer de piquer des voix dans les urnes. On ne peut en dire autant de certains partis fumeux qui font leur numéro en ce moment sur la scene locale.

Écrit par : JJ | 04/04/2018

Avez-vous déjà vu la gauche prendre une bonne idée à droite?
La gauche,elle, n'est pas molle!

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 04/04/2018

Les commentaires sont fermés.