31/12/2017

La blochérisation

Les arguments, uniquement égocentrés, des partisans de Billag et les réactions qu’ils expriment sur les réseaux confirment qu’un phénomène inquiétant et dangereux se développe dans notre pays : se répand de plus en plus la pensée d’un entrepreneur qui doit sa fortune au commerce international mais qui en rejette toute réglementation, d’un nationaliste qui doit son succès politique à la peur de l’étranger et du changement, d’un homme âgé qui n’a que faire des conséquences de ses actes pour les générations futures. Moi d’abord, c’est son credo, qui devient celui d’un nombre grandissant d’adeptes, au détriment de ce qui a construit la Suisse et cimenté son histoire : les échanges et la solidarité. Sans ceux-ci, je peine à imaginer comment notre petit pays aurait pu survivre aux grands bouleversements du XXème siècle, ne pas éclater sous la force centrifuge de trois minorités linguistiques.

Or, la blochérisation, cette exaltation du Moi et la Suisse d’abord, menace très fortement ces deux pierres angulaires de notre survie.

Echanger signifie donner quelque chose contre autre chose, un bien, une parole, un sentiment, selon un principe de réciprocité. Par exemple, l’histoire nous montre que, pendant la deuxième guerre mondiale, le gouvernement helvétique a su donner et recevoir aussi bien avec le IIIème Reich qu’avec les Alliés, grand écart salutaire puisqu’il a tenu le pays en dehors du conflit. En revanche, les initiatives de l’UDC, que ce soit contre l’immigration de masse, contre les criminels ou les juges étrangers impliquent un mouvement à sens unique : nous prenons, les autres donnent, basta ! Ne nous étonnons pas des difficultés politico-diplomatiques qui en résultent ! Malgré tout notre savoir-faire, il devient de plus en plus ardu de trouver une monnaie d’échange avec nos partenaires étrangers, même si le milliard de solidarité peut actuellement jouer ce rôle. La blochérisation représente un réel danger dans un proche avenir : celui d’un déséquilibre des échanges internationaux conduisant inéluctablement à un isolement du pays, donc à un appauvrissement programmé dans tous les domaines, économique, politique, mais aussi sportif, intellectuel, culturel.

Etre solidaire commande de se préoccuper des minorités, de ceux qui n’ont rien ou peu, de ceux qui parlent une autre langue, de ceux qui croient en une autre religion. La dernière guerre qu’a connue la Suisse est celle du Sonderbund, qui a opposé 7 cantons catholiques aux cantons protestants en 1847. A cette occasion, il faut saluer le sens de la modération du vainqueur, « notre » général Dufour qui régla l’affaire en 27 jours, avec un nombre très limité de victimes (moins de cent morts…) et un contrôle serré des possibles exactions après la victoire. Certes, il faudra encore du temps[1] pour que la Suisse radicale, née à la Constitution de 1848, parvienne à un traitement solidaire des deux religions chrétiennes, mais cette lente évolution a permis de garantir la paix religieuse. Sur un autre plan, la grève d’Olten (12-14 novembre 1918) est la seule grève générale qu’a connue notre pays ; dans le domaine socio-économique, la paix du travail a aussi été instaurée. Historiquement s’est imposée la nécessité de considérer la résolution d’un conflit d’intérêts sou l’angle de la solidarité. Pourtant, actuellement, le référendum contre Prévoyance 2020, mené par l’UDC (et le PLR) et gagné grâce aux blochérisés à l’insu de leur plein gré de la gauche, l’initiative No Billag, celles, cantonales en Suisse allemande, qui visent à faire disparaître l’enseignement du français au primaire, vont en sens contraire toutes voiles dehors. Moi d’abord, et tant pis pour les autres, qu’ils soient rentiers AVS, habitants des régions périphériques ou francophones ! La blochérisation nous pousse à nous séparer les uns des autres, à diviser la population, à cliver la société.

Puisque l’époque est aux vœux, je vous adresse les miens, en commençant par celui-ci : qu’une prise de conscience de la blochérisation se répande plus vite que cette forme de pensée et que le même sursaut qui a rejeté la deuxième initiative pour le renvoi des criminels étrangers se manifeste contre No Billag le 4 mars 2018 ! Voilà qui en ferait à mes yeux une bonne année !

 

[1] Les articles d’exception de la Constitution de 1874 limitent l’influence du catholicisme et bannissent les Jésuites du pays.

12:46 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Comme si le rejet de cette RTS propagandiste du seul parti socialiste de limitait à Blocher ! Si le PS veut une radio et une télé à sa botte, que les socialistes la paient de leur poche et basta. Qu'ils ne nous demandent pas de payer une propagande pour laquelle nous n'adhérons pas. C'est aussi simple que cela...

Écrit par : Géo | 31/12/2017

Après la faillite du Berner Tagwart qui était l'organe officiel du PS ce parti totalitaire a fait main basse sur la RTS ! Alors Oui à No Billag ! Il y en a marre des socialos et des khmers verts !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 31/12/2017

Le parti des nains de jardin n`est pas trop a craindre en dehors des cantons "primitifs" (...) car, a peu pres tout le monde le sait, c`est aussi le parti des riches qui veulent etre de plus en plus riches et qui du commun des mortels se contrefichent. Allez, bonne année a tous les gens de bonne volonté!

Écrit par : JJ | 31/12/2017

La suissesse non bi et pire, issue du pire des cantons "primitifs" que je suis, souhaite un bon réveillon festif au commentateur qui de Hongrie nous voit en nains,

ainsi qu'au gentil hôte de ce blog qui, allez savoir pourquoi, choisi de nous brandir un vieux drapeau qu'on nous dit made-in-Blocher et qu'on nous dit "à bannir",
au design daté, qui n'a plus rien d'emblématique.

Cher Monsieur Bugnion, d'autres cieux sont à l'oeuvre sous nos auspices - Que sous nos cieux leurs vols vous soient favorables en 2018!

Écrit par : divergente | 31/12/2017

Pas n`importe quels nains mais nains de jardin, divergente. Vous savez, ceux qui sauvent la pelouse helvétique tous les jours en empechant d`y atterrir les méchantes soucoupes volantes venues de galaxies étrangeres. En attendant de prendre votre tour de garde a l`aube, vous prendrez bien une autre coupe de ce délicieux champagne, chere amie?

Écrit par : JJ | 31/12/2017

JJ, clair que voir les suisses comme des nains de jardins, ça nous fait une belle jambe pour avancer en 2018
Quant au champ, idem: aucun tabou pour ma part.

Écrit par : divergente | 31/12/2017

@bébé JJ, sachez que je n'attends pas qu'une coupe de champ, un breuvage qui me séduit entre tous autres, me soit offerte. Sachez que le sens du style je j'ai éprouvé, appliqué et utilisé et ce avec succès vu le nombre de styles dits de créations repris dans la mode, à toutes occases, n'en déplaise à cette gauchiste bobo, algéro-franco-socialo qui de mariage en bluffs s'en prévalu pour se faire ré-élire.
Ai pas dit son nom mais cette riche gauchiste bobo prétend ètre créatrice styliste et aimer le champ.

Cheers!

Écrit par : divergente | 31/12/2017

Vous avez des principes, mais vous êtes hors du temps de ce fait même. Vous vous croyez encore au 20me siècle. Vous êtes incapable d'être à l'écoute de la population et de proposer quelque chose de positif. Vous ne faites que réagir par rapport à l'UDC. Voila votre seul programme: être anti-UDC, anti-Blocher. Soit réagir au lieu d'agir.

Contre la RTS: en quoi passer des séries et des films made in U$A contribue-t-il à la "cohésion nationale"? Elles contribuent à l'aculturation, à l'abêtissement de la population. Le sport: panem et circenses. Idem. Pourquoi deux chaînes qui émettent 24/24, 7/7? 10 heures/jour, 6/7 serait bien suffisant avec des programmes vraiment helvétiques. Et encore une fois l'information et le divertissment ne sont pas des "services publics", ou si c'en sont, alors c'est la fin de la démocratie. L'information officielle se résume à des mensonges, notamment sur la Syrie, sur la Russie, sur la Corée du Nord, sur l'Iran, répétés jusqu'à plus soif, jusqu'à passer pour des "vérités"... "officielles". Et on devrait payer pour cela? Je ne suis pas masochiste.

Vous écrivez: "nous prenons, les autres donnent". C'est du délire. Commencez seulement par critiquer d'abord ceux qui réellement prennent sans rien donner en contrepartie que la mort. Oui, ces autre donc qui donnent la mort et le chaos. Vous voulez une liste de pays? La Suisse n'y figure pas et c'est tout à son honneur.

Écrit par : Daniel | 01/01/2018

Bonne année !

Écrit par : Maendly Norbert | 01/01/2018

@Maendly Norbert: Merci, à toi aussi

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 01/01/2018

Bonne année 2018! L`important est d`y croire. Les partis politiques, du moins dans un pays vraiment démocratique comme la Suisse, détiennent tous une part plus-ou-moins grande de vérité. C`est peut-etre utopique mais je souhaite aux politiciens de pouvoir commencer a recoller tous ces morceaux de vérité en mettant de coté le reste, notamment tout ce qui est rhétorique manipulatoire.

Écrit par : JJ | 01/01/2018

Les commentaires sont fermés.