17/10/2017

La responsabilité

Jeune prof, je m’étais engagé avec enthousiasme au comité de l’association des maîtres du CO où j’enseignais. Au cours de ma première année de mandat est arrivé le dossier d’une enseignante visée par un entretien de service pour raison de défaillances professionnelles à répétition. Objectivement, le cas était limpide : cette personne n’avait pas une posture professionnelle et s’avérait nocive pour ses élèves. Pourtant, contre mon avis, le comité a décidé de la défendre, parce qu’elle était membre de l’association et que tel était la priorité de celle-ci. A l’époque (déjà), choqué par cette position, j’ai démissionné du comité et pris de la distance avec l’association. On m’objectera que la première raison d’être d’un syndicat, c’est la défense de ses membres ; ok, mais celle-ci doit-elle être inconditionnelle, jusqu’au-boutiste et verrouillée ? N’est-ce pas perdre en crédibilité, donc en efficacité ?

40 ans plus tard, j’ai l’impression de revivre ce moment sur un plan général quand je vois comment le Cartel réagit dans les dossiers de la CPEG et de Score ; tantôt maniant l’hyperbole – Score est une « déclaration de guerre » -, tantôt le déni de réalité – le PL de Batou en injectant 800 millions permettra de gagner du temps pour réfléchir-, il adopte la même attitude inconditionnelle, jusqu’au-boutiste et fermée que celle que j’avais rencontrée 40 ans auparavant. Admettons quand même que ce corporatisme fonctionnaire, car c’en est clairement un, réponde aux aspirations de la majorité de ses membres de préserver le statut quo. Quoique, j’ai un petit doute, mais bon…

En revanche, en quoi répond-t-il aux aspirations de l’ensemble des citoyens ? La fonction publique genevoise, abondamment dotée en comparaison inter-cantonale, doit être modernisée dans son organisation et sa gestion, comme elle l’a déjà été dans d’autres cantons romands, et plusieurs professions en son sein doivent être réévaluées, conséquences inéluctables de l’évolution de notre société. Des mesures rapides pour une recapitalisation efficace de la caisse de retraite doivent être prises, comme un passage de la primauté de prestations à celle des cotisations, conséquences incontournables du droit fédéral et de l'équité envers les employés du privé.

Avoir la chance d’être élu au parlement cantonal m’a appris ce qu’est la responsabilité politique ; même si vous n’en portez qu’un centième, vous êtes tout de même en charge, en collaboration avec le CE, du fonctionnement d’un canton, en particulier avec l’établissement de son budget ! Cela me paraît incompatible avec des prises de position corporatistes, qui favoriseraient un groupe au détriment de l’ensemble de la population.

En vue du budget 2018, j’espère que chaque caucus du Grand-Conseil sera à la hauteur de la responsabilité qui lui incombe et que, dans cette période difficile, il pourra éviter la tentation corporatiste et électoraliste…

 P.S. Parfaitement conscient de la déception que j’inflige à mes anciens camarades et des éventuelles conséquences électorales, je préfère dire que me taire, car je porte aussi une autre responsabilité, la même que le prof devant ses élèves ou le directeur face à ses enseignants, celle du parler vrai.

10:41 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

On a du sortir de l'ère du Verseau ou un truc de ce genre, sans que je m'en aperçoive. Voilà que je trouve votre billet très méritoire, juste après celui de Béatrice Deslarzes...

Écrit par : Géo | 17/10/2017

Cher Jean-Michel,
C'est facile de partir d'un cas isolé pour faire une généralité aussi énorme que la tienne...et c'est dangereux! Donc selon toi le Cartel est jusqu'au boutiste, toujours dans la négation et le refus. Ce que tu ne vois pas, car tu n'y es pas, c'est que les discussions que nous avons avec le CE sont toujours de la même facture: on nous met devant le fait accompli, puis on fait semblant de discuter avec nous, puis on coupe court aux discussions en disant que le Cartel est jusqu'au boutiste, toujours dans la négation et le refus. Jamais on ne nous associe aux discussions dès le début (SCORE) ou si on le fait, c'est pour discuter uniquement de la façon de voir les choses du CE (CPEG) ou alors nous n'avons simplement pas droit au chapitre (les budgets).
Pour ce qui concerne les PL que tu mentionnes, les as-tu seulement lus? As-tu compris que dans les 2 PL, le CE s'en prend aux plus faibles, aux bas salaires, pour faire payer une grosse partie de la facture aux employé-e-s (CPEG) et joue la division entre salarié-e-s pour que les plus hauts cadres soient augmentés (SCORE)? Donc, pour toi, défendre les bas salaires, les conditions de retraites et la vision d'un Etat garant de l'équité, de la transparence et de l'universalité, c'est être jusqu'au boutiste et négatif?
Cher Jean-Michel, tu l'as dit toi-même: tu te croyais pastèque mais en fait tu étais orange...moi je pense qu'il faut que tu changes encore une fois de parti car tes idées ressemblent fort à celles du PLR, le parti qui aime à nouveau les fonctionnaires et qui fait tout son possible pour les aider!
Je crois qu'il faut que tu te souviennes que tu as été enseignant et directeur d'école lorsque tu travaillais...
Amitié, Marc

Écrit par : Marc Simeth | 17/10/2017

On dit que la vieillesse est un naufrage...
En outre vous vous êtes mis aux abonnés absents, une manière personnelle de rester à l'écoute de vos électeurs?
Avez-vous démissionné chaque fois que vous avez été mis en minorité?
Et qu'est devenue l'enseignante défendue par le syndicat?

Écrit par : Daniel | 18/10/2017

@Daniel. Sympa, votre conception de la vieillesse: les vieux n'ont qu'un droit, décliner en se taisant. Cela en dit long sur le respect que vous portez à vos antécédents...
Voici les réponses à vos questions:
1. J'ai préféré démissionner du Grand-Conseil car, en devenant député indépendant, vous empêchez le vient-ensuite de votre ex-parti de siéger et privez celui-ci d'une voix. Elu sur la liste des Verts, il me semblait correct de leur permettre de prendre la place que j'abandonnais par incompatibilité fondamentale. Donc les électeurs m'ont élu Vert, je le suis plus, il est logique que je démissionne, justement pour ne pas les trahir! C'est un souci de cohérence externe.
2. J'ai démissionné chaque fois que mes valeurs personnelles étaient en porte-à-faux avec mon activité. C'est de la cohérence interne.
3. L'enseignante a malheureusement fini à l'A.I. quelques années après, après avoir épuisé son quota légal d'absences.

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 18/10/2017

Camarade,
Monsieur le Directeur,
Monsieur le Député,
Monsieur le Candide,

Merci pour cette leçon de "parler vrai" ! (Lol)

Merci pour cette anecdote bouleversante relative à votre engagement syndical, et à votre revirement de jeunesse.

Heureusement que d'autres syndicalistes, jadis et naguère, ici et ailleurs peuvent s'enorgueillir d'une autre pugnacité, d'une autre lucidité, parfois même d'une autre abnégation.

Sans les syndicats, les nantis n'auraient jamais rien lâché: les salariés n'auraient jamais rien obtenu.

Les personnes de votre génération ont bénéficié pleinement de tout ce travail.

Un peu simple, de donner des leçons.

"Objectivement", c'est quoi les "conséquences inéluctables de l'évolution de notre société" ?

C'est quoi les "aspirations de l'ensemble des citoyens"?

C'est quoi ce jargon ? Ces lieux communs ?

N'hésitez pas dans un autre billet à citer les chiffres qui vous permettent de croire que la fonction publique genevoise est "abondamment dotée en comparaison inter-cantonale".

De toutes façons, des chiffres, j'en ai d'autres, et je ne crois qu'aux statistiques que j'ai trafiquées moi-même, comme disait, paraît-il, Churchill.

Bonne retraite à vous; retraite que j'imagine - et que je vous souhaite sincèrement - non impactée par les révisions de la caisse de retraite.

Écrit par : Winston | 18/10/2017

"L'enseignante a malheureusement fini à l'A.I. quelques années après,"

Nous avons tous connu (subi ?) des enseignants qui auraient dû commencer par là.

Écrit par : Soyons lucides | 18/10/2017

Et plus je lis les commentaires que vous recevez, plus je me dis que vous avez eu bien raison. Seuls les poissons vivants remontent le courant. Laissons les cadavres être emportés par le mainstream...

Écrit par : Géo | 18/10/2017

Je suis d'accord avec Géo.

Écrit par : Winston | 19/10/2017

Les commentaires sont fermés.