08/08/2017

Bi, et alors?

Quand on s’engage dans la course au CF, évidemment faut-il s’attendre à prendre des coups, pas tous au-dessus de la ceinture. Mais quand même, le reproche fait par Céline Amaudruz à la candidature de Maudet me paraît mériter la palme du surréalisme dadaiste.

Outre les 90000 Genevois de plus de 15 ans et les 873046 Suisses binationaux, chiffres rapportés dans la Tribune d’aujourd’hui, il faut aussi prendre en compte le 61% de la population genevoise issue de la migration (Ocstat, TdG du 18 avril 2017) et le tiers de la population suisse de plus de 15 ans (OFS, RTS info 22.01.2015 pour la situation en 2013, pourcentage qui a dû depuis augmenter))

Que cela plaise ou non à la vice-présidente genevoise de l’UDC, le peuple suisse en général et celui de Genève en particulier résulte d’un brassage international constant de ses membres, comme c’est d’ailleurs la tendance générale en Europe. Dès lors, deux hypothèses viennent à l’esprit devant la suspicion publique affichée par Mme Amaudruz :

L’UDC revendiquerait-elle la pureté de passeport, comme d’autres ont revendiqué celle du sang ? En quoi, avoir une origine étrangère diminue-t-il la loyauté envers son pays ? La traîtrise se transmettrait-elle par des gènes forcément étrangers ? Allons donc, l’argument, lui aussi, ne tient pas la route et j’ose croire que le principal parti de Suisse ne pousse pas si loin le délire.

Reste donc une autre question : à qui profite cette faribole ? Flinguer le jeune PLR ne peut que bénéficier à l’autre du même sexe : Ignazio Cassis, bien plus UDC compatible, bien moins indépendant des lobbys actifs et rémunérateurs du Palais fédéral !

Qu’on l’aime ou pas, il faut reconnaître à Pierre Maudet au moins une qualité, celle du courage d’agir en politique. Qualité très rare dans le milieu, comme on peut le constater ci-dessus.

11:15 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"En quoi, avoir une origine étrangère diminue-t-il la loyauté envers son pays ?"
Ce n'est pas cela qui est en cause, c'est la nationalité. Soit dit en passant, quand on dit "bi", on pense plutôt à bisexuel. Est-ce voulu de votre part ?
Un citoyen binational a simplement deux fois plus de droits qu'un simple national. Je n'ai qu'une patrie et mon point de vue sur celle-ci serait différent si j'en avais deux. Je pourrais expérimenter des politiques farfelues dans l'une et me réfugier dans l'autre si mes expérimentations ont trop bien marché...
Je resterai protégé de la justice, puisque ni l'une ni l'autre n'extrade ses ressortissants...
Je n'arrive pas à comprendre ce qui a motivé les législateurs de modifier la constitution sur ce sujet en 1992. Pensaient-ils que ceux qui étaient avant eux étaient moins intelligents ?

Écrit par : Géo | 08/08/2017

Modification de la Constitution acceptée par le Peuple qui, une fois encore, c'est fait couillonné par ses élus. C'était la préparation du terrain de ce que nous vivons aujourd'hui. Ilmesemble que le traitement de la trahison a disparu.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 08/08/2017

Et Alors; Selon M. Pierre Maudet ça sera bientôt la nationalité à la carte.
Si je vais au conseil fédéral je rends mon passeport français, quand je le quitte je reprends mon passeport français.

Bel état d'esprit! Vous prenez ou rendez un passeport comme ça vous arrange.
Pour mémoire : Un passeport n'est pas qu'un titre de voyage ou permis de résidence.
Avec ce type raisonnement vous n'êtes ni Suisse, ni Français, mais vous méritez le titre de "super opportuniste"

Écrit par : Boccard | 08/08/2017

@ Boccard,

non, c'est pire. Il dit, selon la presse, "Si je devais être nommé conseiller fédéral, après une discussion collégiale, je pourrais rendre mon passeport français, quitte à le reprendre à la fin de mon mandat". C'est ce "je pourrais" qui me fait bondir, il n'est même pas certain de vouloir le rendre, c'est vraiment prendre les gens pour des imbéciles. Le problème est l'allégeance à un pays autre que la Suisse, surtout aujourd'hui où nous savons que le PLR est européâtre, rien ne permet d'affirmer que Pierre Maudet est et restera loyal à la Suisse, rien! Il dit également que c'est par sa naissance qu'il est en partie français et qu'il n'y peut rien. En réalité, si, il peut demander à renier la nationalité française, mais apparemment ce n'est pas son but.

CONCLUSION: il n'est surtout pas la bonne personne à envoyer au CF, nous avons assez de traîtres et de mous là-bas. On ne va quand même pas remplacer un borgne par un aveugle.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 08/08/2017

Semble qu'on tique côté citoyens, sur la question des conflits d'intérêts

plutôt outrancieusement dés-servie par nos élus un peu trop souvent si ce n'est avocats du moins de formation juridique autant que bi voire pluri-nationaux

dans ce genevois-plus-rien clairement

Écrit par : divergente | 08/08/2017

Le courage c'est bien mais la fidélité aussi. Qu'on soit bi national ou bi sexuel ça me paraît difficile de pouvoir rester fidèle à ceux qui n'en possèdent qu'une.

Écrit par : Maendly Norbert | 08/08/2017

Ne vous en déplaise M. Bugnon mais comme vous l'indiquez, avec 61% de la population genevoise issue de la migration, vous ne pouvez biffer la place restante des derniers suisses de Genève dont je suis citoyenne native et non binationale, qui se plaint de ne plus avoir de droits, dans leur propre patrie, et qui ne se voit plus chez elle à Genève.

Voulez-vous répondre à cette question: que faire des suisses en tant que minorité à Genève dont l'accès à l'emploi ne passe pas par le Pole Emploi des frontaliers - réquisite obligé, confrontés au rejet des HR français des multis de Gve, recruteurs d'autres français "pour l'harmonie des équipes", y tutti quanti, etc?

Ces faits ayant conduits de djeuns diplômés de HE suisses à ne plus être candide.

Écrit par : divergente | 08/08/2017

Bienheureux soit l’homme politique qui n’a que sa bi-nationalité à se faire reprocher par ses adversaires.

D’autant qu’à part l’UDC et ses groupies de la fachosphère tout le monde a bien compris que ce qui compte c’est d’avoir des véritables compétences, une vision pour notre pays et la faculté à travailler de manière constructive dans un collège exécutif.
Tiens exactement ce qui manquent aux élus populistes……

Écrit par : Vincent | 09/08/2017

Allez Vincent Strobach, citez-nous les compétences de Pierrot!

Est-ce une compétence de violer la loi sur les étrangers? L'opération Papyrus révèle surtout une faiblesse pour ne pas dire une lâcheté politique. La loi est dure, mais c'est la loi. D'ailleurs, violez la loi vous-même, vous verrez comment vous serez traité.

Est-ce une compétence que d'inviter des fous furieux de la charia pour causer de laïcité? Cela a été le cas lorsque Pierrot a invité le pseudo modéré Ouardiri et le véritable islamiste Hachère pour écouter leurs doléances. Maudet serait-il sous l'influence de deux personnes de son entourage proche dont une regrette que la religion n'est plus assez de place dans la Cité?

Il semble surtout que c'est un personnage aux facettes multiples et que son langage diffère en fonction de ses interlocuteurs. Serait-il du genre girouette ou caméléon?

Vous imaginez-vous un responsable politique qui devrait trancher face à un dilemme? Qui choisir, la SUisse, la France, l'UErss?

Écrit par : G. Vuilliomenet | 09/08/2017

"ce qui compte c’est d’avoir des véritables compétences, une vision pour notre pays" Ben oui, justement, la vision de notre pays d'un Français, je m'en méfie un peu, en voyant ce qu'ils font du leur, de pays...

Écrit par : Géo | 09/08/2017

Les commentaires sont fermés.