24/06/2017

Darwin mis au ban turc

Un petit entrefilet dans la TdG de ce matin et un grand choc pour moi : les élèves turcs n’étudieront plus la théorie de l’évolution de Darwin, jugée « controversée et trop difficile à comprendre » !

Par conséquent, les petits Turcs n’apprendront désormais que le créationnisme, croyance (et non science) qui professe que la toute-puissance divine a créé ex nihilo le monde tel que nous le connaissons ; totale absurdité scientifique, cette théorie est, par exemple, soutenue à coups de millions par l’Eglise de scientologie américaine et défendue par les milieux chrétiens fondamentalistes de ce pays, comme par la plupart des Républicains de l’aile droite.

Le parallèle est frappant, car il illustre bien le nouvel axiome politique au niveau mondial : la lutte des classes marxiste, le néolibéralisme, les affrontements idéologiques gauche-droite sont dépassés, voire rendus obsolescents par l’opposition entre les défenseurs de la pensée rationnelle, scientifique, héritée des Lumières, et les tenants d’une pensée intuitive, inspirée par la religion, telle que l’Europe l’a connue au Moyen-Age, à l’époque des jugements de Dieu. L’illustration la plus frappante actuellement est, bien sûr, la lutte contre le terrorisme, mais elle ne saurait occulter les nombreux mouvements qui discréditent l’approche rationnelle et scientifique : le suprémacisme américain dont le vice-président est un adepte, mais aussi les ultra-catholiques polonais, hongrois et même français, pour ne citer qu’eux.

Il n’est pas besoin d’insister sur le danger que cette pensée religieuse et intuitive comporte dans son essence : l’Histoire nous en offre de multiples exemples, des Croisades jusqu’au génocide des peuples amérindiens, en passant par l’arbitraire des tribunaux de l’Inquisition.  On peut d’ailleurs noter au passage que la pensée issue d’une idéologie conquérante fonctionne sur le même schéma (culte d’un chef tout-puissant, obédience et obéissance aveugle, élimination de l’adversité).

Pour revenir aux élèves turcs, ils n’auront plus désormais la possibilité de faire un apprentissage fondamental, celui de la distinction entre croyance et science. Toute croyance est à respecter mais ressort exclusivement du domaine privé individuel, car aucune ne peut démontrer sa supériorité sur les autres (si ce n’est de manière dogmatique). En revanche, l’approche scientifique requiert l’expérience, la démonstration et la preuve, ce qui, de facto, sépare le vrai du faux. La pensée scientifique, fondée sur la raison, est bien celle qui a permis l’évolution des mentalités, auparavant assujetties aux préceptes religieux, l’apparition de l’esprit critique et celle des démocraties.

Quant à la Turquie, grande puissance clé dans cette région instable du globe, trait d’union entre l’Europe et le monde musulman, elle prend le chemin terriblement inquiétant d’une autocratie théocratique. Erdogan, renforcé par son référendum sur l’extension de ses pouvoirs et les purges immenses qui ont suivi le prétendu putsch des partisans de Gülen, éradique complètement l’héritage d’Atatürk et éloigne de plus en plus son pays des démocraties occidentales pour se rapprocher d’une gouvernance politique religieuse, comme celle de l’Iran. Voilà qui n’augure rien de bon pour l’avenir !

 

13:25 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |