04/03/2017

Nationalisme, le retour?

La position de Benoît Genequand contre la libre circulation des personnes participe évidemment du courant nationaliste qui a le vent en poupe et traverse une bonne partie des pays à l’heure actuelle : la vague bleu Marine, les 5 étoiles, le trumpisme ou les partis d’extrême droite scandinaves partagent avec l’UDC suisse le slogan  « les nôtres d’abord ! » et la détestation de l’économie libérale ainsi que des élites, sourdes aux préoccupations du peuple.

La critique est partiellement fondée et doit être entendue, d’ailleurs elle l’est amplement ! Mais la posture qui la soutient pose à mes yeux problème. Le nationalisme, à ne pas confondre avec le patriotisme qui incarne l’amour de sa patrie, est une théorie politique qui affirme la prédominance de l’intérêt national par rapport aux intérêts des classes et des groupes qui constituent la nation ou par rapport aux autres nations de la communauté internationale. Un bel exemple est donné par l’initiative « Le droit suisse au lieu des juges étrangers », sur laquelle nous serons appelés à voter, dont l’application entraînerait la dénonciation des traités internationaux en cas de conflit d’obligations entre le droit suisse et le droit international. Par exemple, un traité économique ou scientifique pourrait être dénoncé au détriment des entreprises d’exportation helvétiques ou de la communauté scientifique, comme des autres pays signataires.

On le voit, l’exercice de la théorie nationaliste présuppose deux éléments : d’un côté, la non prise en compte d’intérêts sectoriels soumis à l’intérêt national et de l’autre, une constante mise en concurrence des différents pays. Or, la Suisse, formée de 4 populations différentes avec 4 langues et cultures différentes, est forcément non compatible avec le sentiment nationaliste, celui de former une communauté nationale en fonction des liens (langue, culture) qui unissent ses citoyens ; en effet, c’est la nécessité de prendre en compte l’ensemble des intérêts différents, voire divergents, de nos 4 régions et la recherche constante d’un compromis entre raison d’Etat et raisons particulières qui nous a permis de traverser l’histoire, sans que n’éclate notre Confédération. En revanche, le nationalisme, apparu à la fin du XVIIIème siècle, a jeté les Etats-nations européens en une compétition féroce, d’abord colonisatrice, agrandissant ainsi leur force et leur puissance, ensuite guerrière au travers de deux guerres mondiales, la seconde résultant de la frustration nationaliste allemande.

Le discours de Benoît Genequand, comme celui de l’UDC, véhicule donc un risque majeur, celui de chanter une époque où chaque pays devait s’imposer, intérieurement comme extérieurement, gonfler au maximum ses muscles pour servir l’idéal de Nation, avec le corollaire inévitable de conflits internes et internationaux. Dans une telle compétition, la petite Suisse, avec son absence de matières premières, son économie d’exportation (un franc sur deux vient de l’étranger), la petitesse de son marché intérieur et le vieillissement de sa population qui ne peut être atténué que par une immigration conséquente, serait, ma foi, fort mal placée…

17:37 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook | | | |