09/11/2016

Pourquoi tant de haine?

Aucun argument rationnel n’est pertinent pour expliquer la victoire de Trump ; ni sa personnalité, ni ses compétences ne peuvent être mises en avant. Partant, il s’agit bien d’une défaite d’Hillary Clinton, d’un vote contre elle et ce qu’elle représente aux yeux d’une majorité des Américains (ou, du moins, des Grands Electeurs). Elle a perdu, victime de la coalition de 3 haines : celle des femmes qui se prétendent l’égal des hommes, celle des élites, celle des différences de couleur ou de religion.

Derrière ces haines se tapissent toutes les frustrations personnelles ou professionnelles qui immanquablement marquent la vie de chacun. Ce qui est frappant, c’est ici qu’elles se sont exprimées librement au cours de la campagne, sans frein ni retenue, totalement désinhibées au point d’être des arguments politiques, in fine décisifs. Politique de l’exutoire, narguant la raison, faisant fi de l’éthique, à l’opposé de ce qui fonde les démocraties ! Comme si l’arrivée du NSDAP et d’Hitler au pouvoir le 30 janvier 1933, eux aussi porté par les haines du communiste et du juif, ainsi que ses funestes conséquences, avaient été rayés de la mémoire collective américaine…

Pourtant, aucun Européen ne sautait faire la leçon à la première puissance mondiale ; les mêmes forces de la haine sont à l’œuvre dans notre continent, qu’elles triomphent en Hongrie ou en Pologne ou qu’elles progressent irrésistiblement ( ?) en France ou en Angleterre, voire en Suisse sous la forme certes plus « light » que leur donne l’UDC.

Ce matin, l’un de mes enfants, âgé de 19 ans, m’a dit ne pas avoir la moindre envie de se rendre à son travail, car de toute façon, dans deux ans, la guerre allait tout dévaster. A mes yeux, ses propos traduisent très bien le sentiment qu’éprouve actuellement une bonne partie de la nouvelle génération : le monde actuel, celui que nous avons érigé, est mortifère tant pour l’humain que pour la planète. Comment peut-il en être autrement quand la haine et sa puissance destructrice, ouvertement proclamées, deviennent les valeurs dominantes ?

A ma connaissance, le seul barrage efficace contre la haine, c’est l’amour et sa puissance constructive ! L’amour de l’être humain, de la nature, de la planète, de la vie ! D’ailleurs, on peut de manière tout à fait rationnelle démontrer qu’il est à la base de la survie de l’espèce et des avancées sociétales. Il revient donc à la responsabilité individuelle et politique de chacun de le défendre et de le revendiquer. C’est à la fois urgent et nécessaire, ne serait-ce que pour redonner l’espoir à nos enfants.

Décidément, les Américains nous ont plongés en plein Stars Wars ! Espérons vraiment que le retour de l’Empire ne soit pas le dernier épisode… May the force (of love) be with you !

11:27 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pourquoi tant de haine contre Trump?
Bref, vous parlez de ce que vous ne connaissez pas:
http://www.les-crises.fr/les-28-premiere-mesures-promises-par-donald-trump/
Que Wall Street dévisse est une excellente nouvelle.
Et c'est en dialoguant avec la Russie que la guerre nucléaire peut être évitée, pas avec une sociopathe:
https://youtu.be/Fgcd1ghag5Y
https://www.medias-presse.info/cinq-temoins-embarrassants-pour-hillary-clinton-trouvent-la-mort-en-quelques-semaines/59409/
Les services de renseignements américains ont fait le nécessaire pour éviter la guerre nucléaire:
https://www.youtube.com/watch?v=uw5Vw9yBEO4

Votre naïveté est pathétique.

Écrit par : Charles | 09/11/2016

Pourquoi autant de noirceur? Trump c'est la victoire du meilleur sur le pire. Ces discours, quelque peu rugueux en surface, sont lumineux sur le fond. Son programme? Une libération des conventions figées, de la pensée unique et du funeste 'politiquement correct'. Enfin l'avènement du retour d'une possibilité d'esprit critique. Comme le disait le dissident soviétique Boukovsky: 'En occident pas besoin de goulags, le politiquement correct suffit'.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 09/11/2016

En lisant votre billet j'ai eu la même interrogation que celle contenue dans son titre.

Écrit par : norbert maendly | 09/11/2016

D'accord pour l'amour, absolument. Encore d'accord que ce n'est pas un vote pour Trump. Alors pourquoi cette colère ? Parce que une poignée d'américains possède le pays, voire le monde, et les politiciens continuent à nous dire que c'est pour le bien de tous. Parce que l'accumulation du pouvoir des multinationales serait dans l'intérêt de tous alors que le chômage laisse de plus en plus de gens sur la paille. Parce que tout en parlant de paix, Hillary et sa clique bombardent déjà 7 pays du moyen orient et installent le Quatar et l'Arabie saoudite au conseil des droits de l'homme. En somme, que ce soit à Bruxelles, Washington ou en Suisse, les politiciens se foutent totalement du peuple pourvu qu'en connivant avec les multinationales et la finance ils s'assurent de jolies mandats chez Goldman, à l'UBS ou chez Implenia. Voilà pourquoi le peuple est en colère, pas besoin de chercher midi à quatorze heures !

Écrit par : Christoph Meier | 09/11/2016

Pour votre information, à propos des forces de la haine que vous savez si bien rapporter, mais hélas comme vous vivez dans le passé il vous manque des références plus actuelles:
http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/hillary-clinton-si-je-suis-53886
Ouf, il y a UNE chance pour que cela ne se produise pas maintenant.
Comme quoi vous préférez la guerre à une victoire des "populistes". Le plus Hitler des deux (bonjour le point Godwin que vous vous êtes auto-attribué) est celle qui est restée sur le carreau. Alléluia!

Écrit par : Charles | 09/11/2016

"Voilà pourquoi le peuple est en colère, pas besoin de chercher midi à quatorze heures !"

Reste que le peuple finit par élire un qui va les entuber encore davantage... Elle est pas belle la vie !?

Écrit par : Charlot | 09/11/2016

"Elle est pas belle la vie !?"
Encore un qui préfère la certitude de la guerre à son éventualité. Elle est pas belle la vie sans la guerre ?!

Écrit par : Charles | 09/11/2016

Quand je vous lis j'ai l'impression d'avoir une caricature de l'esprit de lorgnette.
On regarde certes tous le monde avec nos lunettes, lui donnant autant de couleurs qu'il y de personnes pour en contempler sa manifestation, mais avec vous on sent la limitation d'un angle obtus qui ne permet que la lorgnette sans la stéréo qui donne la profondeur aux jumelles.
A votre âge, ce n'est plus de la naïveté, mais une sclérose anticipée d'un esprit borné qui ne veut voir que ce qui lui convient.
C'est dommage. Du gâchis pour un être engagé, qui participe au débat sans même concevoir les limites d'une perception aussi étriquée.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/11/2016

Vos propos insultants reflètent bien votre position: nous ne sommes pas du même bord, Dieu merci! A l'avenir, je me réserve la possibilité de rejeter vos interventions de ce blog, si elles sont du même acabit.

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 09/11/2016

Mea culpa. Je pensais, un peu naïvement je l'avoue, qu'un vieux peut encore changer et profiter de certaines remarques pour continuer à progresser.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/11/2016

"Encore un qui préfère la certitude de la guerre à son éventualité. Elle est pas belle la vie sans la guerre ?!"

Vous m'avez l'air bien trop naïf Charles.

Écrit par : Charlot | 09/11/2016

"Alors pourquoi cette colère ? Parce que une poignée d'américains possède le pays, voire le monde, et les politiciens continuent à nous dire que c'est pour le bien de tous."

Marrant que cette colère les mène à élire un milliardaire, qui comble de comble, ne paye pas d'impôts. Le moins qu'on puisse dire est que le peuple en colère semble manquer cruellement de jugeote. :-)

Écrit par : Noddy | 09/11/2016

"Aucun argument rationnel n’est pertinent pour expliquer la victoire de Trump"

On n'est plus au stade de l'argumentation, mais du fait établis. Et tout fait dans ce bas monde a des causes rationnelles et explicables. Ne pas vouloir les entendre pour son confort intellectuel est une autre problématique.

Écrit par : Eastwood | 09/11/2016

Citez-moi un élément de compétence ou de personnalité qui entrainerait l'adhésion de la majorité des Américains! Milliardaire ne payant pas d'impôts? Businessman coutumier des faillites dans les casinos entre autre? Animateur de talk show populaire? Persuadé de la supériorité de l'homme sur la femme? De celle de l'homme blanc? Allons donc, je reste convaincu qu'il s'agit d'un vote sanction contre, motivé par la colère, et non d'un vote pour un candidat, en fonction de sa et de ses valeurs.

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 09/11/2016

Et si les Américains avaient voulu voter pour un homme vrai ou un vrai homme. Soit un qui ne soit pas parfait, avec ses failles et ses faiblesses, mais qui soit vrai; dans son langage, ses arguments, ses visions!

Après de toute manière en tant que Président tout ne sera pas la volonté que d'un seul homme, tout président soit-il!

Tout plutôt que ces hommes et femmes qui pensent la même chose que lui, qui ne font pas mieux dans leurs vies quotidiennes....et leurs vilaines manières, mais qui se présentent comme des saints-savants à qui il faut offrir un chèque en blanc pour qu'ils les entubent sournoisement des années durant!

Il y arrive toujours un moment où le bon sens commun fait les comptes et se réveille....à ce niveau c'est la démocratie et le pouvoir des peuples qui ont le droit de sanction avec leurs bulletins de vote!

C'est d'ailleurs bien pour cela que nous entendions la petite musique sournoise qui était en train de notre faire comprendre que dans ce monde tissé dans sa toile d'araignée, la démocratie, au plus court terme possible, devrait prendre la porte!

Écrit par : Corélande | 10/11/2016

Et bien voilà, si après 8 ans d'obamisme/hilarysme la majorité des américains font un vote sanction, c'est une raison rationnelle comme une autre.

Il n'est pas étonnant non plus que beaucoup se sentent plus proche d'un businessman extravagant que d'une mafieuse psychotique.

Alors cristalliser sur quelques propos maladroits pour se bloquer dans l'idée que le nouveau président de tous les américains et un mysogine-raciste-sans-valeurs, c'est vivre dans le déni.

Écrit par : Eastwood | 10/11/2016

Sapristi ! Tonnerre de Brest, mais de quels bords parlez-vous ? A babord une gauche moribonde qui a embrassé les lois du marché depuis Tony Blair. A tribord une droite prête à s'allier avec son ennemi de toujours pour faire l'impasse aux bachibouzouks qui se prétendent proche du peuple.
L'olibrius mal léché qui se prend pour un Mussolini de carnaval n'est pas l'embryon d'un ectoplasme et encore moins un macaque macrocéphale, un pachyderme mégalomane et iconoclaste. Mérite-t-il tant d'attention ?
Ce n'est en tous cas pas avec la bande de bibendums et autres hurluberlus qui se prennent pour des amiraux de bateau-lavoir que nous pourrons espérer voir un jour la lumière. Les gentils comme vous, ou autres crétins des Alpes, ne font qu'aller nu-pieds, tels des marchands de guano ou autres pirates d'eaux douces, en pestant et empestant.
Au large, citoyens !

Écrit par : Pierre Jenni | 10/11/2016

Les commentaires sont fermés.