23/08/2016

La Goldküste genevoise

Chic, à Genève, nous avons l’équivalent de la fameuse rive dorée zurichoise dans laquelle vivent les élites fortunées, dont Christophe Blocher, au sein d’un lieu préservé ! C’est bien sûr notre rive gauche avec des communes riches et peu peuplées, avec un habitat composé très majoritairement de villas individuelles.

Et parmi ces communes genevoise de la rive gauche, Vandoeuvres se distingue actuellement, elle qui va voter le 25 septembre sur un référendum communal contre la construction de 36 logements de 3 à 6 pièces (voir la TdG de ce jour). En effet, 346 citoyens de cette belle commune, dont Ronald Zacharias, promoteur et député MCG au Grand-Conseil, refusent cette construction, dans le contexte pourtant très tendu du logement dans notre canton.

Voilà qui est pour le moins surprenant pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, le risque financier avancé par les opposants prête à sourire lorsqu’on considère les caisses bien remplies de la commune et le chiffre de ses centimes additionnels : 31. Cette imposition, comparable à celle de ses voisines, est particulièrement base : la moyenne des 44 communes, sans la Ville de Genève, se monte à 43 ; par exemple, Bernex, appelée à se développer lourdement, se situe à 48, Vernier à 50, Chancy à 51. Les habitants de la rive gauche non seulement paient nettement moins d’impôts communaux proportionnellement que ceux des communes de la rive droite, mais encore connaissent bien moins de frais d’infrastructures (écoles, routes, services, etc…), grâce à leur manière de contenir leur population; Vandoeuvres par exemple, est passée de 2700 à 2500 habitants et a fermé trois classes de son école primaire.

Ensuite, personne dans notre canton ne s’aventurera à prétendre qu’il n’y a pas de pénurie de logements ; globalement, Genève crée 2 places de travail pour un logement et le taux de vacance est à 0,47%. L’effort réel entrepris actuellement par Antonio Hodgers doit à l’évidence être soutenu, tous bords politiques confondus. Comment comprendre ce refus d’accueillir une centaine de personnes, si ce n’est comme une volonté aussi délibérée qu’égoïste de préserver la moindre once de ses privilèges ?

Enfin, fief des partis de droite, notre Goldküste devrait mettre les bouchées doubles pour se développer, dans l’optique de l’hypothétique traversée du lac que le PLR et les autres réclament à grands cris et dont le financement de la Confédération dépend de la densification de la région. Or, comme certains maires de la rive gauche qui ont affiché leur scepticisme face à ce projet, les référendaires de Vandoeuvres donnent clairement le signal inverse : surtout restons peu nombreux, entre nous, dans le calme verdoyant et le luxe paisible…

Genève doit impérativement trouver des réponses crédibles à son développement ; la Suisse doit faire de même dans ses relations avec l’Europe. N’est-il pas piquant de constater qu’un promoteur immobilier, membre d’un parti qui se veut défendre le bien-être des citoyens genevois, œuvre à son contraire, de même qu’un capitaine d’industrie zürichois qui a fait fortune avec le commerce international, allant même jusqu’à contourner l’embargo sur l’Irak, lutte farouchement pour isoler notre pays de ses partenaires économiques ? Décidément, la politique procède d’une autre logique que celle du commun des mortels…

 

11:28 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.