30/04/2016

Les tribuns, comme les histoires d'amour, finissent mal en général

« Danton est une des figures majeure de l'historiographie de la Révolution française, tout comme Mirabeau, avec qui il partage un prodigieux talent oratoire et un tempérament impétueux, avide de jouissances (les ennemis de la Révolution l'appellent « le Mirabeau du ruisseau »), ou comme Robespierre, à qui tout l’oppose, le style, le tempérament et le type de talent. Il incarne la « Patrie en danger » dans les heures tragiques de l’invasion d’août 1792, quand il s'efforce de fédérer contre l'ennemi toutes les énergies de la nation et d'user de tous les expédients : pour vaincre, dit-il, « il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et la France sera sauvée ! », et il n'hésite pas, par pragmatisme, à entamer des négociations secrètes avec les monarques coalisés pour négocier une paix rapide. » cit. Wikipédia.

Toute ressemblance avec un tribun genevois actuel n’est pas une coïncidence fortuite. Le MCG doit son existence et sa progression à Stauffer  qui le fonde en 2005, avec Georges Letellier. Avec son style « dantonesque », le tribun local va électriser à la fois une partie de l’électorat et ses troupes. Avec son physique mi-docker, mi-mafieux, ses coups de gueule retentissants et son leadership absolu, mais aussi un flair politique certain, il conduit son parti dans sa fulgurante ascension :

Année

Élections

Pourcentage

Sièges

2005

Grand Conseil

7,7 %

9

2007

Conseil national

2,5 %

0

2009

Grand Conseil

14,74 %

17

2011

Conseil national

9,78 %

1

2013

Grand Conseil

19,23 %

20

Conseil d'État

-

1

A l’évidence, le tribun local joue un rôle politique de bélier, frappant de toutes ses forces les défenses adverses, ce qui profite à d’autres membres, apparaissant forcément moins agressifs et conflictuels, qui sont élus, qui au Conseil d’Etat, qui au Conseil national.

Mais un bélier, c’est fait pour détruire, pas pour construire ! Après une dizaine d’années de succès, le MCG se trouve face aux limites de sa progression solitaire ; il lui faut des alliés (ce sera la nouvelle force avec l’UDC ou certains accords avec le PLR) et gagner une crédibilité de parti gouvernemental.  Or, un tribun populaire, ça ne se recycle pas (c’est d’ailleurs pourquoi les Verts n’en ont pas…) et ça peut devenir dérangeant s’il refuse de s’effacer.

Danton est guillotiné le 5 avril 1794 par les siens, il y a donc 222 ans. En 1799, Bonaparte fait son coup d’état du 18 brumaire pour s’emparer du pouvoir. Que sera le MCG dans 5 ans ?

 

13:22 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

les tribuns sont des enfonceurs de portes & sont par nature parasités d'opportunistes, des pros du retournement de vestes, à la lâcheté professionnelle utilisée dans leur sillage à profiter d'appels d'air, pour leur grimper dessus - si ce n'est assassiner leurs ouvreurs de portes - le but ultime de l'opportuniste parasite étant de parvenir, à tous prix donc en ne s'entourant que de larbins, aux sommets

Écrit par : divergente | 30/04/2016

Les commentaires sont fermés.