12/11/2014

Au député inconnu

 

Toi et moi ne sommes pas du même parti, ni du même bord, politiquement s’entend. Tu as une longue et riche expérience de la chose publique et en a éprouvé une véritable passion, alors que, pour ma part, j’ai débarqué dans ce monde depuis une année et ouvre encore de grands yeux plutôt que je ne m’enthousiasme.

 

Ton esprit est libre, ton intelligence vive et ton ironie, parfois caustique, fait des ravages. Tu parles clair et franc, te refusant à flagorner ou à faire acte d’obédience à qui ou quoi que ce soit, sans toutefois tomber dans la naïveté ou le cynisme. Coups de sang et coups de gueule occasionnels mis à part, tu sais l’art du compromis et de la négociation. Mais tu tiens ferme sur tes convictions.

 

Surtout, tu es resté rebelle dans l’âme, à tout ce qui te paraît comme une injustice, comme un abus de pouvoir, comme une conformité aliénante. Tu aimes la vie malgré les grosses vacheries qu’elle t’a réservées, tu aimes profondément l’être humain.

 

A l’heure où d’aucuns vomissent les politiciens, les dévalorisent pour faire triompher leur populisme et leur fonds de commerce, je tenais à te dire ma reconnaissance et mon estime. Je sais que tu détestes l’hommage, car, contrairement à beaucoup de nos collègues, tu n’éprouves pas de jouissance égotique ; pardonne-moi le stratagème de cette note ! Au même titre que le soldat inconnu symbolise la valeur de défense de la patrie, tu seras mon député inconnu, entretenant la petite flamme d’un  engagement politique de valeur.

 

09:47 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Est-ce vraiment à tort que : "d’aucuns vomissent les politiciens, les dévalorisent" ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12/11/2014

M. Dumitrescu: vous savez bien que toute généralisation est abusive et qu'elle est un outil efficace pour asseoir son pouvoir.

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 12/11/2014

Merci pour ce bel hommage.
Depuis que j'ai appris que Renaud Gautier nous quittait, j'ai comme un petit coup de mou de de bourdon.

Écrit par : Bertrand Buchs | 12/11/2014

Monsieur Bugnion, vous le savez bien (aussi), que le Grand Conseil (grâce à qui ?); ressemble à s'y méprendre à une arène.

En Amérique du Sud, il y a les fameux combats de coqs.
Sacré possibilité de gains potentiels pour des parieurs avisés.

Le politicien suisse, lui, il est bien différent de tous les autres.
Le politicien suisse, lui, il est milicien, juste ?

Mais à la solde des lobbies assureurs maladies aussi, parfois ?

2007 reste une date gravée dans beaucoup de mémoires.
Tant pis pour le papy milliardaire.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12/11/2014

Renaud Gautier s'en va.
Jean-François Mabut écrit : "Renaud Gautier a adressé une lettre à son parti.
Il quitte la vie parlementaire pour des raisons de santé."

Permettez-moi, ici, de lui adresser tous mes vœux de rétablissement.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12/11/2014

Merci, bien sûr, à toutes les grandes figures admirables de notre Démocratie. Merci aussi à cette petite rom, à qui il manque 2 doigts, et qui me dit "Bonjour Monsieur", tous les matins, dans l'attente que je sorte mon porte-monnaie pour une petite pièce... Quand on a un peu vécu, on sait le bûcher des vanités.

"Chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition ";
"Au plus élevé trône du monde, si ne sommes-nous assis, que sur notre cul". Michel de Montaigne.

Écrit par : a rom | 12/11/2014

Les commentaires sont fermés.