14/09/2014

Human Brain Project, un cas d'école

DHA-cerveau.jpg

Bonne nouvelle : la Suisse a été réintégrée, certes provisoirement, comme pays associé au programme général  européen de recherches scientifiques « Horizon 2020 » ; le projet HBP peut se poursuivre, en tout cas jusqu’en 2016.

 

Autre nouvelle : un médiateur scientifique a été désigné par l’UE pour tenter de concilier la direction donnée actuellement par les directeurs du projet, essentiellement axée sur une modélisation informatique, et les critiques émises par plus de 800 scientifiques européens qui dénoncent la part congrue laissée aux sciences cognitives et aux biosciences dans la démarche.

 

D’une part, nul ne peut vraiment contester le potentiel extraordinaire que cette investigation du fonctionnement de notre organe de pensée et d’apprentissage représente pour TOUS les secteurs de l’activité humaine. Que les chercheurs suisses  participent est une plus-value évidente pour l’ensemble du pays. D’autre part, force est de constater la complexité de la démarche et la difficulté de fédérer les nombreuses parties  qu’elle concerne. Beaucoup d’efforts et d’énergie, beaucoup de diplomatie et d’échanges sont nécessaires pour affronter ce défi, sans laisser l’un ou l’autre de ses participants de côté, rempli de frustration.

 

Eh oui, la recherche scientifique est complexe, l’objet d’étude est complexe, le monde est complexe ! Face à cette évidence, une seule alternative : soit on affronte la complexité et on se donne les moyens pour le faire, en termes de ressources, de temps, d’énergie et d’échanges (lire les travaux d’Edgar Morin ou d’Anthony Wilden à ce sujet), soit on opte pour la simplification, la réduction du réel aux seuls éléments que l’on croit maîtriser, renonçant de facto à avoir la moindre action significative face à la "tendre indifférence du monde" (A. Camus).

 

Découragée par la complexité toujours grandissante sur notre planète, une bonne partie de la population suisse se rallie à la posture de simplification extrême que prône l’UDC : fermons les frontières, interdisons l’immigration et dénonçons les bilatérales, quitte à nous retirer des programmes de recherche scientifique ! Simple, n’est-ce pas ? Hélas, ni le monde, ni l’être humain, ni la vie ne peuvent se réduire à cette simplicité-là !

 

16:29 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Adieu Erasmus ouvert aux étudiants suisses en Europe, projet financé par la CH à hauteur de mios

Bonjour aux lucratifs projets scientifiques internationaux en Suisse, tel l'humain brain project financé par les plus gros corrompus industriels du top mondial

qui espèrent voir, avec leur participation dans cet Human Brain Project, leurs bénéfices décuplés sur le site Serono de Bartarelli, cet héritier italien en Suisse des produits Bartarelli dont sa famille a fait son beurre, à vendre toutes leurs molécules toxiques possibles dans tous circuits pharma-agro-alimentaires, suisses ou européens.

Les scientifiques payés pour travailler sur un tel human brain project:
- au Japon, avec le groupe “RIKEN“, Institute of Science and Technology, Okinawa and Research Center in Germany, the largest simulation of networks of neurons.

- Bizarrement, les States déclarent effectuer des travaux conjointement à l'UE (grâce aux UK ?)

"The EU and the USA to build a brain together", Posted on March 19, 2014. Posted in Artificial Intelligence, Brain mapping, Henry Markram, Human Brain Project, Neuroscience, Obama's BRAIN Project |
tagged Artificial intelligence, Brain research, Henry Markram, Human Brain Project, neuroscience, Obama's BRAIn Project,

http://calumchace.wordpress.com/tag/human-brain-project/

entre fric et pognon à préserver dans ces familles protégeant leurs intérêts acquis dans le business de la chimie,

que les électeurs suisses sachent en distinguer le fourbe de l'opportuniste de l'ignorant de l'innocent de l'ex-employé n'ayant rien dit du vieux ringard du coin ayant tout subi tout vu

Écrit par : pierre à feu | 14/09/2014

Bien sûr, Pierre à feu, comme le suggère votre pseudo, retournons à l'âge des cavernes, replions-nous sur nos montagnes, vivons-y de chasse et de cueillette, entre gens du même clan!

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 15/09/2014

Propositions trouvées sur le site HBP:

"The Human Brain is the most complex system that we know of."

C'est bien sûr faux.

"The ultimate aim of the Human Brain Project is to understand the human brain."

Pour en faire quoi?

Réponses:

"The Human Brain Project will be a leader in the creation of new technology for simulation, for visualization and for big data handling in Europe."

"In addition, we will be able to use that information to design and implement new kinds of computers and robotics."

Comme les drones qui peuvent contrôler à distance des populations et tuer.
Comme parfaire les techniques de manipulation mentale.

Notre conclusion:

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme."

Vous évitez aussi soigneusement de dire que c'est avant tout une question de gros sous.

Plus de commentaires pertinents dans la seconde partie du lien ci-dessous:

http://news.sciencemag.org/brain-behavior/2014/07/updated-european-neuroscientists-revolt-against-e-u-s-human-brain-project

Écrit par : Cincinnatus | 15/09/2014

Les commentaires sont fermés.