13/04/2014

Des idéologies

 

Je déteste l’idéologie, d’où qu’elle vienne et de quelle que couleur qu’elle soit. J’adhère à la définition qu’en donne Hanna Arendt (in Le système totalitaire) : c’est un système d’interprétation définitive du monde, qui prétend tout expliquer de son passé comme de son futur, de manière  irrécusable. Excluant d’être prise en défaut, elle s’émancipe ainsi de la réalité.

 

En revanche, je défends mes convictions politiques, nées de ma réflexion personnelle et de ma trajectoire de vie qui fondent ma position de départ sur une problématique politique et démontrent les valeurs que je souhaite mettre en avant. Mais elles ne fonctionnent pas en un système clos, elles acceptent la contradiction, autorisent un compromis pour autant que celui-ci ne remette pas en cause l’essence de mes valeurs.

 

Quelques illustrations récentes, en commençant par la plus triviale : le vapotage au Grand-Conseil. Je rejette l’idéologie hygiéniste, d’abord parce que jamais dans l’histoire, il n’y eut une société sans drogues, ensuite parce que l’idée que l’Etat veut faire mon bien malgré moi m’horripile.  Toutefois, j’ai la conviction que ma liberté s’arrête là où commence celle des autres ; si ceux-ci m’expliquent en quoi et pourquoi j’empiète leur liberté, j’adapterai mon comportement de façon à la respecter.

 

Deux autres sujets d’actualité plus intéressants, les forfaits fiscaux et la politique carcérale.  Dans le premier cas, bel affrontement entre partisans de l’inégalité des richesses, qui vont jusqu’à prétendre que la moindre redistribution de celles-ci nous coûtera notre prospérité, et les défenseurs de l’égalité des hommes, façon 1789, qui n’ont que faire de la réalité économique dans leur discours. Dans le second cas, comme le disait une journaliste, la droite se préoccupe des victimes et la gauche des délinquants…

 

Pour ma part, je suis convaincu que le rôle de la politique est de réduire les inégalités entre les hommes, mais aussi que celles-ci-ci se creusent durant les crises économiques.  Face à la « tendre indifférence du monde » chère à Camus,  privilégions les ajustements successifs, respectueux du contexte plutôt que de décréter le grand soir de l’égalité !

 

Enfin, j’ai la profonde conviction que la dignité de chaque être humain est une valeur démocratique essentielle. Je refuse qu’elle soit différenciée  selon les actes commis. Les droits des victimes ne sont pas dans un système de vases communicants avec ceux des délinquants, faire respecter les seconds ne peut en aucun cas diminuer les premiers. Au contraire, c’est une garantie que notre société se préoccupe de tous ses membres, ce qui devrait tous les rassurer. Enfermer le débat de la politique carcérale dans un affrontement idéologique, c’est à mes yeux le détourner de son sens et donc le pervertir.

 

En définitive, l’idéologie, système de pensée reclus sur lui-même, n’a jamais pu convaincre que celui qui en était déjà convaincu. Dès lors, je ne peux m’empêcher de penser que les heures consacrées à ce type de débat au Grand-Conseil seraient mieux utilisées à avancer dans l’ordre du jour et à adopter des lois dont nous avons besoin.

 

11:45 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Très bon article mais qui devrait aussi inciter de nombreux Verts à ne plus développer des théories semblables à des idéologies qui ont fait marcher que dis-je courir de nombreux citoyens et qui désormais ne figureront plus au registre de leurs priorités personnelles et collectives puisqu'en Suisse on a tous été éduqués dans le sens des vraies valeurs à savoir ,respecter la liberté de l'autre comme il lui appartient de respecter la nôtre
Très bon dimanche pour Vous Monsieur Bugnion

Écrit par : lovsmeralda | 13/04/2014

Les commentaires sont fermés.