03/02/2014

Le retour des Waldstätten

Tell et Gessler.jpg 

Menés par la prose habile d’un journaliste indépendant, les partisans de l’initiative UDC en appellent aux valeurs traditionnelles et mythiques de notre pays : le courage de refuser l’oppression étrangère, l’inflexible détermination de se suffire à soi-même, l’amour de son pays.  Pas très original par ailleurs, puisque les mythes de la constitution des Etats-Unis et de la conquête de l’Ouest s’appuient sur les mêmes  valeurs.

Pour ce faire, les tenants du OUI agglomèrent les autorités politiques, les médias et les patrons d’entreprise dans le même sac, celui des inféodés à l’Europe comme le bailli l’était aux Habsbourg. Dès lors, le combat est clair : d’un côté les profiteurs-oppresseurs, de l’autre le peuple qui, courageusement va secouer le joug  et se libérer de ses chaînes. Voter en faveur de l’initiative devient donc un acte patriotique, courageux, libérateur.

Sauf que le Suisse a dû admettre depuis Marignan (1515) que le courage, la bravoure, le patriotisme et l’excellente qualité de ses mercenaires ne garantissaient malheureusement pas la prédominance militaire et  la puissance dans le concert des nations.

Sauf que la principale qualité helvétique a été bien plutôt la diplomatie et l’art de négocier avec les plus forts afin d’éviter de se faire envahir et de pouvoir rester libres.

Sauf que la stabilité politique et la paix du travail, gages de notre prospérité depuis le début du XXème, résultent du rapport de confiance entre la population, ses institutions et ses autorités politiques.

 Sauf qu’aujourd’hui, même au plus profond de nos forêts, personne n’est à l’abri des effets de la mondialisation et de la globalisation.

Se faire un film où l’on incarne Guillaume Tell ou Buffalo Bill, pourquoi pas ? Mais n’oublions pas que la lumière crue à la fin de la séance nous replonge dans la réalité !

 

 

 

17:43 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

Commentaires

A lire aussi : http://www.protestinfo.ch/201309256603/6603-a-propos-des-juges-etrangers.html#.Uu_RpO-4EyI

Écrit par : André Cuperet | 03/02/2014

Si je vous comprends bien vous êtes prêt à sacrifier notre qualité de vie pour sauvegarder notre "prospérité"? Avez-vous remarqué qu'il y a de moins en moins de cyclistes sur nos routes, malgré la multiplication des pistes cyclables? Passer chaque jour des heures dans le trafic en grande partie bloqué fait-il partie de notre "prospérité"? Connaissez-vous la "Société du spectacle"? Comprenez-vous le concept d'aliénation?


"Sauf qu’aujourd’hui, même au plus profond de nos forêts, personne n’est à l’abri des effets de la mondialisation et de la globalisation."

Voulez-vous nous dire que nous n'avons plus notre mot à dire? Que nous ne sommes plus maître de notre destin, mais que les décisions sont prises ailleurs et qu'il ne nous reste plus qu'à acquiescer en bon petit peuple soumis? Vous rendez-vous compte que cela vide de sens l'idée même de démocratie?

Si c'était le cas, permettez-moi de vous dire que je ne comprends pas votre engagement chez les "Verts"... Ne devriez-vous pas militer pour une relocalisation de nos approvisionnements et par conséquent de nos décisions?

Ne pensez-vous pas qu'il est temps de changer de paradigme et de modèle de société quand cette société va dans le mur?

Écrit par : Johann | 04/02/2014

Nous en avons déjà débattu précédemment: je vous rejoins dans la nécessité de contrôler une croissance actuellement débridée (mais peut-être allez-vous jusqu'à proposer la décroissance?), mais estime que le moyen avancé par l'UDC est pire que le mal et que d'autres réponses (lutte efficace contre le dumping salarial, salaire minimum, surveillance étatique du marché immobilier,développement des transports publics, etc.) sont préférables.
Quant à mon engagement, je suis d'abord humain avant d'être vert. Enfant, j'ai grandi entouré les dimanches de saisonniers espagnols qui pour tout loisir se contentaient d'une grande bouteille de Cardinal (atroce!), du jeu de cartes qu'ils m'ont appris et de quelques Marylongs qui rappelaient leurs Ducados nationales. D'une gentillesse et d'une prévenance extrêmes face à l'enfant que j'étais. Pas une plainte pour la femme, les enfants, la famille laissés au pays. Juste une infinie reconnaissance d'avoir du travail. Ado, pendant mes vacances scolaires, j'ai travaillé avec eux pour me faire quelques sous. Des bosseurs énormes, et surtout une chose à nouveau, pas une plainte, une capacité de résignation à leur sort qui m'a fait mal et marqué. Au nom de Fernando, Dionisio, Consuelo et des autres, je ne voudrais pas que mon pays revienne à ce type d'exploitation, à mes yeux inhumaine!

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 04/02/2014

Très chouette votre texte !

On dirait que les tenants de l'initiative comptent sur une panne d'électricité à l'issue de la séance. Remarquez qu'on peut aussi manquer de lumière "en pétant les plombs".

Écrit par : Michel Sommer | 04/02/2014

Espérons qu'il n'y aura pas un coupe-circuit le 9 février!

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 04/02/2014

Waldsätten??? Heu....c'est quoi!?

Écrit par : Duval | 04/02/2014

Waldstätten est une expression qui désigne les cantons primitifs de la Suisse : Uri, Schwytz et Unterwald (Wikipédia) et par métonymie leurs habitants (C'est moi qui rajoute).

Écrit par : Jean-Michel Bugnion | 04/02/2014

"je ne voudrais pas que mon pays revienne à ce type d'exploitation, "

Et depuis combien de temps n'êtes-vous par retourné sur un chantier? En quoi l'exploitation a-t-elle cessé? Vous avez lu l'information sur les travailleurs polonais?

En 1950, le canton comptait 202'000 habitants. Aujourd'hui plus du double. Vous voulez le triple? Moi non. Alors sans doute habitez-vous dans une villa à l'écart du bruit et du trafic... Mais vous n'échappez pas à la pollution. Ca ne vous inquiète pas pour la santé des enfants?

Quant aux "solutions" que vous évoquez c'est de la poudre de perlimpimpin. Des voeux pieux. L'Etat se désengage partout, voit ses moyens réduits. Et l'Etat lui-même se propose d'avoir recours au dumping salarial avec le programme "score". Vous votez la même chose que le patronat dont vous êtes les supplétifs soi-disant à "gauche". Vos bons sentiments masquent l'absence d'une analyse en profondeur de l'état du monde et des rapports de force actuels.

Mais que croyez-vous qu'il va se passer quand une source d'énergie abondante et bon marché ne sera plus disponible, cette même énergie qui est la cause directe de l'explosion démographique? Avant charbon et pétrole, la principale source d'énergie était l'homme, d'où l'esclavage. L'esclavage sera de retour d'autant plus que cette ancienne "source" d'énergie sera abondante et les inégalités importantes. Un "vert" devrait savoir que nulle population ne peut croître indéfiniment dans un espace limité aux ressources limitées. Vous ne faites rien pour inverser la tendance.


"résultent du rapport de confiance entre la population, ses institutions et ses autorités politiques."

Et vous n'avez pas compris que ce rapport de confiance n'existe plus pour une part importante de la population. Trop d'incompétences.

Écrit par : Johann | 04/02/2014

Humour, humour Monsieur Bugnion!
http://etsionenparlait.blog.tdg.ch/archive/2013/03/20/ou-sont-donc-passes-les-waldstatten.html

Écrit par : Duval | 04/02/2014

M. Bugnion,

Vous avez un cœur et une raison. C'est nettement mieux que les tripes à la mode UDC.

Je remarque aussi que les premiers à vouloir réguler l'immigration massive - je cite - sont aussi souvent les premiers à mettre le dos au mur lorsqu'il s'agit de faire un effort supplémentaire pour aider les pays qui en auraient pourtant bien besoin, à condition bien sûr que cette aide ne tombe pas dans des poches corrompues.

Écrit par : Michel Sommer | 04/02/2014

Connaissez-vous le journal "Moins!"?
Journal d'Ecologie Politique.

Je recommande. 5 CHF le numéro en kiosque, prix libre en "achat" direct.

http://www.achetezmoins.ch/

Écrit par : Johann | 08/02/2014

Les commentaires sont fermés.