15/09/2013

L'accueil continu, continu, continu...

Le 28 novembre 2010, la population acceptait avec enthousiasme la loi sur l’accueil continu des élèves : 81,1% de oui  de l’école obligatoire, CO compris. Comment pouvait-il en être autrement  lorsque l’immense majorité des parents doivent ou veulent travailler ? Sa concrétisation est en cours, mais doit affronter beaucoup d’obstacles avant sa réalisation ; lorsque ce sera le cas, une nouvelle mission particulière incombera à l’école, sans rapport direct avec l’enseignement.

Imaginons, de manière un peu caricaturale,  la journée d’école d’un élève de 14 ans que nous appellerons  Abdo.

6 heures : le réveil sonne, rien.

6h 30 : devant la menace paternelle du verre d’eau, Abdo finit par se lever.  Vite, faire son sac ! « Où ai-je pu mettre ce fichu carnet d’élève ? Bof, tant pis ! ». Pas le temps de déjeuner ni évidemment de se brosser les dents,  le convoi maternel part à 6h45 pile.

7h 05 : Abdo rentre dans la salle d’études ; un prof et quelques élèves s’y trouvent déjà, le premier censé surveiller et aider les seconds à faire leurs devoirs. « Tu es en retard ! L’étude commence à 7h ! »  Abdo sort nonchalamment  un cahier, l’ouvre, appuie son visage contre la paume de sa main et, comme les autres, gribouille vaguement quelques réponses, entre une conversation avec sa voisine et un bâillement.

8h : cours de maths, Abdo ressent des gargouillis dans son ventre et peine à se concentrer. 2 heures de maths, c’est long et dur !

9h 30 : ouf, la récréation. Vite un bon petit pain au chocolat, ça va mieux.

9h 45 : tiens, ce n’est pas le prof habituel ? Ah oui, c’est l’éducation routière.  Abdo suit distraitement les explications sur la sécurité.

10h 30 : français. La prof est accaparée par l’élève trisomique, intégré partiellement et très gentil, mais totalement décalé dans les apprentissages. Du coup, l’ambiance devient turbulente, Abdo s’en paie une bonne tranche.

11h 20 : fin des cours et reprise à 13h45.  

Abdo fait partie du premier service à la cafétéria du CO,  aménagée en vitesse et à moindres frais.  Un bruit constant, une assiette labellisée « fourchette verte » dans laquelle Abdo laisse consciencieusement les légumes.

Fin du premier service, il faut se rendre aux activités. Abdo a opté pour le cours d’échecs ; l’animateur, très sympa, tente de montrer un exemple d’ouverture ; la concentration de la dizaine  d’ados présents fluctue selon les matchs de ping-pong qui se déroulent sur les trois tables installées à côté d’eux, dans le hall.

13h45 : cours d’éducation à la santé.  Thème : l’alcool et les drogues ; à la fin, Abdo pense qu’il préfère les cours portant sur l’éducation sexuelle, on rigole davantage avec les copains.

15h 30 : pendant le cours de géographie, le doyen fait irruption dans la classe. «  José, Jean-Michel et Abdo, avec moi dans mon bureau ! ». Abdo n’en mène pas large, il ne savait pas que les parents de Sérafina pouvaient porter plainte pénale contre les moqueries et les insultes envers sa camarade de classe qu’avec ses potes, il écrivait sur Facebook.

16h 20 : les cours sont finis mais pas la journée d’Abdo. A nouveau, cercle d’étude ; faut bien faire ses devoirs et ses parents ont insisté, connaissant la difficulté de les exiger après le repas du soir et pendant la retransmission du match de foot. Bâillements  et gargouillis resurgissent.

17h 30 : basket, chic ! Dans la salle de gym, Abdo peut enfin se défouler physiquement ; quoique, l’entraîneur mandaté par le club de la commune, est très jeune et peine à canaliser ses joueurs, à leur faire respecter les règles. Le jeu est sans cesse arrêté.

18h30 : Abdo grimpe dans la voiture de son père ; comme la plupart de ses copains, il n’a pas pris de douche…

 

Abdo aura passé 11 heures et demi dans son établissement scolaire, reconductibles 3 fois dans la semaine, le mercredi après-midi de congé étant consacré à de nouvelles  activités, mais extrascolaires… Son école aura pris en charge, outre l’enseignement, des pans éducatifs entiers qui  reviennent pourtant aux parents en priorité.  N’y a-t-il pas là un déséquilibre qui s’amplifie ? Où sont les plages de liberté et de repos pour nos ados ? Voulez-vous vraiment inscrire votre fils ou votre fille à l’accueil continu ?

13:45 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et oui, c’est déjà le lot de bien des écoliers du primaire. Et, bientôt plus question pour ces écoliers (les citoyens l’ont voté !) d’avoir des mercredis avec d’autres programmes, dans d’autres espaces.
Ce sera une présence du 10 voire 11 heures (pour le bien des écoliers !) dans le même établissement, cinq jours de suite…
Les adultes devraient tester ce régime !

Écrit par : Michèle Roullet | 15/09/2013

Vous êtes malheureusement d'une terrifiante lucidité....
Moi je plains ces pauvres gosses...

Écrit par : vieuxschnock | 28/09/2013

Les commentaires sont fermés.